Eau

Eau potable

Le service de l’eau est géré par la commune en régie, c’est-à-dire que la commune exploite directement son réseau, sans délégation à une société privée. Ce choix permet de maîtriser localement les orientations prises et le prix de l’eau.

L’eau est captée dans le Rieu Grand au-dessus du hameau de Freyssenet, elle fait l’objet d’un traitement par chloration aux Issemles au dessus du Couderc.

Pour les nouvelles habitations situées à proximité du réseau, le raccordement au réseau d’eau potable doit faire l’objet d’une demande auprès de la mairie.

Des analyses régulières (10/an) sont effectuées à l’initiative de la Direction Départementale de la cohésion Sociale et de la Protection de la Population (DDSPP). Les résultats sont accessibles en ligne :

www.services.eaufrance.fr/données/commune/07329/2019

L’eau, une richesse à économiser :

Si le choix de gérer l’eau localement présente des avantages en terme de tarif, il nous impose aussi à tous d’être responsables car nous ne pouvons compter que sur nos propres ressources. En période de sécheresse, l’eau est rare, il faut donc faire attention à son utilisation. Le Préfet réglemente par arrêté la gestion de la pénurie d’eau pour l’ensemble des usages : arrosage, lavage des véhicules, remplissage des piscines, etc.

Il existe 4 niveaux d’alerte pénurie :

 Le seuil de vigilance : Le préfet se base sur le débit des cours d’eau pour déclencher le seuil de vigilance. Il incite les particuliers et les professionnels à des économies d’eau.

Le seuil d’alerte : Le préfet décide de premières mesures de

 limitation de l’usage de l’eau.

 Le seuil d’alerte renforcée : Ce seuil doit permettre une limitation progressive des prélèvements en eau et le renforcement des mesures de limitation ou de suspension des usages si nécessaire, afin de ne pas atteindre le niveau de crise renforcée.

 Le seuil de crise : Le seuil déclenché en cas de mise en péril de l’alimentation en eau potable, la santé, la salubrité publique, la sécurité civile et la survie des espèces présentes dans le milieu.

Quelques gestes simples et responsables suffisent à faire des économies significatives :

 Pour se laver :

– prendre des douches et non des bains, arrêter l’eau pendant le savonnage ;

– proscrire les douches dites « de confort » pendant la période estivale.

– arrêter l’eau pendant le brossage des dents,

– pour tout lavage, ne pas ouvrir le robinet au maximum.

 Dans la cuisine :

ne pas faire la vaisselle sous l’eau courante, mais dans une cuvette, de même pour laver les légumes,

– réutiliser l’eau de lavage des légumes comme eau d’arrosage,

– ne faire tourner la machine à laver le linge ou la vaisselle que lorsqu’elle est pleine.

 Dehors :

s’équiper d’un arrosage « goutte à goutte » qui évite toute évaporation et tout ruissellement inutile. Arroser de préférence le soir ou tôt le matin.

– Ne pas laver sa voiture.

 Installation intérieure

vérifier qu’aucun robinet ne fuit,

– vérifier la chasse d’eau : une chasse d’eau qui fuit, c’est une dizaine de litres d’eau perdus par heure !

– vérifier qu’il n’y ait pas de fuite ni juste avant, ni après

le compteur.

L’assainissement

Les eaux usées, collectées dans le réseau public, sont traitées dans la station d’épuration de Marette.

Les habitations non desservies par un réseau public doivent être équipées d’un dispositif d’assainissement individuel réglementaire. Il est désormais soumis à contrôle par le service du SPANC (04 82 11 00 07).

Pour les habitations situées à proximité du réseau public, le raccordement doit être réalisé dans un délai de deux ans à compter de la mise en service du réseau et doit faire l’objet d’une demande auprès de la mairie.

La station d’épuration de Marette fait l’objet de contrôles réguliers (2 fois/an) par un service interdépartemental (SATESE 26-07). Les analyses sont disponibles en mairie.